Quel type d’assainissement individuel choisir ?

Quel type d’assainissement individuel choisir ?

25 août 2020 Non Par Claude
Quel type d’assainissement individuel choisir ?
Rate this post

L’assainissement individuel est disponible sous de différentes formes. Cela donne l’embarras du choix au premier abord, mais la loi ainsi que la nature du sol réduisent la liste d’installations adaptées à une maison. Explications.

Assainissement individuel : la fosse toutes eaux, l’installation traditionnelle

L’efficacité de ce type d’assainissement individuel n’est plus à prouver. Il est d’ailleurs le plus anciennement reconnu par la loi, et succède à la fosse septique dans les installations modernes. Obligatoire, la fosse toutes eaux collecte les eaux usées d’une maison, contrairement à la fosse septique qui est composée de deux compartiments séparés : la fosse et le bac dégraisseur. Cependant, un bac dégraisseur peut être utile si la fosse est située à plus de 10 mètres de l’habitation.

Dans une fosse toutes eaux, les déchets sont séparés par décantation dans la fosse. Une écume comprenant les produits ménagers, qui sont plus légers que l’eau, se forme à la surface. Les boues s’amassent au fond de la fosse, et entre les de, il y a un liquide partiellement débarrassée de ses composants les plus toxiques. C’est ce liquide qui va être traité par les filtres situés plus bas. Selon la loi, la fosse toutes eaux est l’assainissement individuel n’est adapté qu’aux habitations où l’entretien peut se faire facilement.

La surface d’épandage

Ce type d’assainissement individuel présente l’avantage d’être économique. Le sol est utilisé comme un milieu d’épuration et de dispersion des eaux usées. Par conséquent, il doit être perméable et bien aéré. Dans le cas d’un sol très meuble, il est préférable d’installer un lit d’épandage, qui est très large mais peu profond, au lieu d’un épandage par tranchées. Ce type d’assainissement convient aux habitations construites sur un vaste terrain.

Le filtre à sable

Très compact, le filtre à sable demande en moyenne trois fois moins de surface par occupant que la surface et le lit d’épandage. Il utilise un substrat reconstitué, et ne touche donc pas directement le sol. La réglementation le permet lorsque l’environnement est fragile et lorsque la perméabilité du sol ne convient pas à l’épandage. Il est composé de plusieurs couches de minéraux dont la taille des grains augment au fur et à mesure à l’aval du dispositif.

Le tertre d’infiltration

On parle de tertre d’infiltration quand le filtre se trouve complètement ou en partie hors du sol. Il est indiqué dans le cas d’une nappe phréatique près de la surface. Son principe est similaire au filtre à sable, mais avec un tertre surélevé pour préserver la qualité du sol. L’eau en provenance de la fosse est aspirée par une pompe de relevage. Ce système, qui est adapté aux environnements fragiles, nécessite des travaux de terrassement, ce qui engendre des coûts supplémentaires.

La micro-station d’épuration

Ce système innovant a l’avantage de permettre le prétraitement et le traitement des eaux usées. Par conséquent, il ne requiert pas une fosse toutes eaux en amont. La micro-station d’épuration n’est cependant pas adaptée aux logements qui ne sont pas occupés en permanence, comme les résidences secondaires. Elle exige aussi de l’électricité pour fonctionner, et une panne d’alimentation entraîne l’arrêt immédiat du dispositif.